VŒUX 2018 : LE DISCOURS DE JEAN-PIERRE HURPEAU, MAIRE

Retrouvez le discours de Jean-Pierre HURPEAU, maire de Jarville-la-Malgrange, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie des voeux, jeudi 25 janvier 2018, dans les locaux du Bridge-Club.

Mesdames et Messieurs, en vos grades et qualités, je vous souhaite la bienvenue, dans cette salle du Club de Bridge, pour la traditionnelle cérémonie des vœux.

En chaque début d’année, il est de coutume de formuler des engagements, les uns décident de se mettre au sport, d’autres à un régime diététique motivé par l’abondance des réveillons auxquels ils viennent de participer … pour ma part, j’ai pris deux résolutions :

  • La première, de n’assister qu’à cette seule cérémonie des vœux, non par excès d’égocentrisme, mais parce qu’une convalescence un peu plus longue que prévue me l’impose. Je profite de ce message pour vous rassurer cependant sur mon état de santé, tout va pour le mieux, même s’il faut toujours quelque temps pour se remettre parfaitement « debout ». Heureusement, la fonction de Maire peut aussi s’exercer en totale plénitude en situation assise, c’est ainsi que j’ai assuré la continuité de ma fonction, toujours à l’écoute de nos concitoyens et plus que jamais attentif aux affaires de la Commune et de notre Métropole.
  • Ma seconde « bonne intention » de cette année 2018 sera de vous servir un discours plus synthétique et donc plus court que les autres fois. Non pas que j’aie moins de choses à dire, car 2017 fut une année prolixe en terme de réalisations et nous y reviendrons, évidemment, mais parce que je ne peux pas encore rester debout très longtemps et que je sais, par expérience, que les longs discours sont toujours une souffrance pour les auditeurs fussent-ils assis et motivés, comme chacun de vous.

Eh bien, venons-en donc directement aux faits !

2017, je le disais, a été fort riche de manifestations et de réalisations, c’était aussi l’année de mi-mandat, donc le moment de faire un point d’étape sur notre projet de ville qui, outre la volonté de rénover et de mettre en accessibilité des bâtiments publics, est un véritable moteur de transformation de l’image de notre Ville.

Il était grand temps que Jarville ne soit plus associée à l’image « tristounette » d’une commune de banlieue où se concentrent les difficultés sociales, et qu’elle prenne toute sa valeur de chef-lieu de canton, empreinte de dynamisme tant économique que social et culturel, une ville en plein essor, un territoire où l’on a envie de s’installer pour vivre, un espace d’investissement pour les sociétés, une pépinière d’entreprises où doivent se développer parallèlement l’emploi et le bien vivre ensemble !

Telle est notre volonté, une ambition partagée par la population jarvilloise qui nous a fait confiance pour engager ce projet et qui aujourd’hui, nous montre sa satisfaction de voir les choses avancer, ce qui nous encourage à poursuivre nos efforts !

 

Reprenons les grands projets en termes d’équipements :

  • Dans l’ordre d’arrivée, l’Espace Communal Foch, l’ancien siège social d’IDEX acquis par la Ville en 2007, qui vient de rajeunir pour offrir, depuis septembre dernier, quatre niveaux de bureaux fonctionnels, accessibles, où se sont installés les Services de l’Enfance, le Pôle Solidarité mais également les Services déplacés de l’Hôtel de Ville (Finances, Ressources Humaines, Secrétariat et Direction Générale ainsi que mon Bureau et celui des Adjoints) pendant la période transitoire des travaux de la Mairie.

Rappelons-le, c’est très important, le coût global des travaux de l’ECF était de 1 381 046 € financé à 61% par des subventions. Un beau défi en cette période de restriction budgétaire. Je veux, à cet égard, saluer et remercier tous nos financeurs avec une mention toute particulière pour les deux derniers Préfets, Raphaël BARTOLD et Philippe MAHE qui ont toujours amplement soutenu nos projets, prenant parfaitement en considération la situation exceptionnelle de notre Ville, aux ressources limitées mais aux besoins non moins importants ! Je formule le vœu (sans en douter) que leur successeur aura la même attention à l’égard de notre Commune.

 

  • L’Hôtel de Ville maintenant expurgé de tous ses équipements, cloisons, escaliers, etc. est une coquille vide qui, dès les prochains mois, verra s’engager les travaux de construction d’un établissement digne de ce nom, doté d’une salle des Conseils et des Mariages, enfin accessibles à toutes les personnes quel que puisse être leur handicap.

L’achèvement du chantier d’un montant de 3,8 millions d’Euros (subventionné à 46% si nous percevons toutes les aides escomptées, mais celles-ci sont déjà notifiées à hauteur de 29%) est prévu pour la fin 2019. Les bureaux aujourd’hui décentralisés rue des Forges du Nord et de l’Est ou rue Foch retrouveront leur place initiale, tandis que ceux encore excentrés se retrouveront à l’Espace Communal Foch. L’intérêt, je le rappelle, d’avoir scindé en deux entités les espaces de bureaux et de services de la Ville, est de conserver les Services « obligatoires » en Mairie et d’avoir plus de souplesse sur l’affectation définitive ou temporaire des autres bureaux qui pourraient, le cas échéant, être loués ou cédés en fonction de l’avancement des réformes des Collectivités Locales, mais j’y reviendrai.

 

  • La Salle des fêtes se pare actuellement de ses derniers atours. Bien qu’ayant pris en peu de retard (ce qui n’est que trop fréquent dans les chantiers de réhabilitation), le chantier se poursuit et l’inauguration est prévue les 17 et 18 mars prochain. Je vous donne, d’ores-et-déjà, rendez-vous ces jours-là pour découvrir un espace scénique et de fête de grande qualité, à la hauteur des attentes de nos spectateurs et acteurs associatifs qui y trouveront un lieu remarquable qui conserve cependant une jauge modeste de 300 places (selon les configurations), en conformité avec les besoins de notre territoire, sans concurrencer les grands lieux de diffusion, mais en s’attachant à préserver une grande proximité entre les faiseurs d’arts vivants et leur public. Je vous laisserai découvrir par vous-même ce nouvel espace culturel dont le coût d’objectif de la restructuration est de 2 350 000 € financé à 57 % par des subventions !

 

  • Le site AMC, de la Zone d’Activité Leclerc que nous avions acquis en 2016 est maintenant revendu pour sa plus grande partie à la SCI NOYA LYON, au prix convenu de 870 800 €, cette Société y ayant déjà fait la réalisation de la plus grande centrale photovoltaïque, sur toiture, de la Région Grand-Est. La production d’énergie, directement cédée à EDF, est engagée depuis le moins de novembre 2017. Une concertation est prévue dans les prochains mois avec le propriétaire pour convenir avec lui du projet d’aménagement des entrepôts destinés, nous le disions l’an passé, à des entreprises labellisées e-commerce French’Tech, LorN’Tech. Une jolie promesse de développement local et de création d’emplois sur ce site qui jouxte l’autoroute.

 

  • En 2017, la Ville a également acheté le gymnase Montaigu auprès du SIS qui n’avait plus vocation à le conserver depuis l’édification du Gymnase Absalon. Avec un prix d’acquisition de 213 562 €, la Ville a saisi l’opportunité de garantir le maintien d’espaces sportifs nécessaires aux Clubs et aux Organismes jarvillois. Un vaste terrain jouxtant ce gymnase constitue, comme un bonus, une réserve foncière appréciable sur ce secteur.

 

  • Concernant les espaces à construire, tant sur l’Ilot Foch-Renémont que sur le Secteur Maréchal Ney et le Pré Jean Fontenier, les études et négociations en cours verront leurs premières réalisations en 2018. Le terrain du Pré Jean Fontenier a été cédé fin 2017 au prix convenu de 750 000 € à l’entreprise Kohr Immobilier qui va y développer un programme de maisons individuelles en accession à la propriété. Parallèlement, European-Homes, titulaire d’un Permis de Construire des immeubles, eux aussi en lots d’appartements à vendre, engagera la construction à partir du mois de septembre 2018 sur la ZAC des Portes de Jarville (le long du canal, un endroit particulièrement attractif, bénéficiant de la proximité du centre-ville et de la ligne 2 tout en conservant un point de vue sur l’eau).

 

Mais la vie Jarvilloise n’est pas faite que de constructions immobilières, elle résulte surtout de l’organisation de nombreux rassemblements devenus nos « traditions locales » qui permettent la rencontre des habitants, le lien social et la mise en valeur de notre patrimoine culturel, commerçant, plus globalement de notre cadre de vie, principalement grâce au dynamisme des organisations associatives, vous voyez d’ailleurs défiler sur le diaporama des images de :

  • la marche gourmande qui rapproche le territoire des Communes amies du Secteur Sud Est (ce qui ne signifie pas que nous ne sommes pas aussi les amis des autres Communes environnantes, je ne voudrais pas faire de jaloux !)
  • J Art Ville dans la rue, une braderie commerciale qui s’associe à des expositions artistiques
  • Le fameux Vide-Grenier de la Californie qui brise les tabous des quartiers en s’ouvrant aux Communes environnantes tant par le nombre des visiteurs que des exposants, ce qui témoigne d’une grande avancée des mentalités et de la vitalité de ses acteurs, Service de la Cohésion Sociale mais également du Conseil Citoyen qui se sont investis, cette année dernière, pour lancer un marché hebdomadaire sur le mail central. Une initiative heureuse mais fort compliquée, avec l’espoir d’une reprise au printemps 2018.

Je ne vais pas citer toutes les animations de la Ville, je veux cependant rendre hommage aux Responsables et aux bénévoles de toutes les associations jarvilloises qui contribuent avec générosité à la vie locale et qui l’enrichissent de leurs engagements pour le plus grand bénéfice de tous.

Je ne citerai personne directement, de crainte d’oublier des noms, je signalerai seulement cette cérémonie que nous avons tenu, en 2017, à mettre à l’honneur, il s’agit de la cérémonie de remerciements aux bénévoles qui œuvrent nombreux aussi bien dans des actions de parrainage du Dispositif de Réussite Educatif, que pour tenir les urnes lors des scrutins ou encore pour organiser de multiples manifestions culturelles et sportives en tous lieux de la Ville. Bravo et merci mes chers Amis !

Je veux également souligner l’importance des Conventions passées par la Commune pour le financement des actions des associations car ces Conventions favorisent des formes très intéressantes de concertation, de mutualisation qui débordent le strict cadre associatif pour s’associer à des réflexions et à des projets communs, notamment avec Kaléidoscope, la MJC et la Maison des Solidarités du Conseil Départemental et encore la Mission Locale, dans cet exemple concret que seront les chantiers éducatifs et rémunérés 2018, où chacun contribuera, en parfaite concertation, à leur développement.

Nous le savons, la mutualisation, les services communs, quand ce ne peut être le stade ultime de la fusion des Communes, est un passage obligé à qui veut rationnaliser la gestion des ressources et le maintien, la pérennisation des services à la population, en période de restriction budgétaire, telle que celle que nous vivons.

On ne le répète pas assez, la volonté des Gouvernements qui se succèdent, de réduire les moyens de nos Collectivités, va inévitablement aboutir à la cessation de nombreux services jusqu’ici proposés à nos concitoyens.

C’est un drame qui touche pareillement les Services de l’Etat. Le manque de moyens, de personnels, a réduit les moyens dévolus à l’éducation, notamment, à une peau de chagrin, mais je pourrais prendre d’autres exemples, ils sont légion. Et l’on se plaint ensuite de l’irrespect des enfants, du manque de civisme des citoyens, de l’essor de l’individualisme quand ce n’est pas du terrorisme qui semble apparaître, pour certains, comme l’ultime solution…

Bien sûr que c’est une ineptie, mais il faut être serein pour le comprendre, ce qui n’est pas le cas de tous, loin s’en faut !

Revenons à l’éducation.

J’évoquais, il y a quelques jours devant Madame la Directrice Académique des services de l’Education Nationale, l’hypocrisie du Gouvernement qui, avec son Décret de 2017, fuit ses responsabilités (car l’Education est bien Nationale), en « refilant le bébé » aux Communes. Vous l’avez compris, je parle de la question de la semaine scolaire. N’est-il pas aberrant et accablant d’imaginer que le sort des enfants (des citoyens de demain) est mis entre les mains des parents d’élèves (qui ne sont pas des spécialistes, ni de l’éducation, ni de l’enseignement), pour donner un avis sur le nombre de jours de classe à la rentrée prochaine ?

N’est-ce pas tout aussi terrible de constater que les intérêts particuliers (par exemple ceux des professeurs ou des couples divorcés) ou les contraintes financières (celles des Villes) vont conduire à revenir à une semaine scolaire de quatre jours alors que des chronobiologistes réputés expliquent qu’il faut une réforme de fond du temps scolaire ?

J’affirme que c’est au Gouvernement de fixer les règles de l’organisation de la semaine scolaire et à lui seul de supporter la charge financière des moyens à mettre en œuvre pour les enfants !

Hélas, nous n’en sommes pas là, et nous attendons les résultats du sondage que notre Commune a transmis aux parents d’élèves.

Les Conseils d’écoles auront à formuler un avis. Pas sûr qu’il sera motivé par le seul intérêt de l’enfant.

J’estime qu’aucune évaluation sérieuse n’a été faite au sein du national au moment du passage de quatre jours à quatre jours et demi et rien non plus aujourd’hui pour un possible retour à quatre jours qui semble être la tendance générale.

En tous cas, la Ville ne peut plus, aujourd’hui, supporter les 80 947 € qui restaient à sa charge sur l’année scolaire 2016/2017 pour l’organisation des Temps d’Activité Périscolaire quand, dans le même temps, les dotations de l’Etat ont été réduites de 663 000 € de 2009 à 2017.

Vous le comprenez parfaitement, la fonction « ressource » est intimement et indéfectiblement liée à la fonction « action » !

C’est également la raison pour laquelle, j’ai, depuis longtemps, avec mon équipe et le soutien créatif du Directeur Général et de son équipe, mis en œuvre une réelle stratégie de recherche de mutualisation qui s’est traduite, dès les années 2014,

  • par la mise en place de « groupements de commandes » avec les autres Communes du Secteur Sud-Est de la Métropole,
  • mais aussi par des tentatives argumentées de rapprochement de nos Services, voire de fusion pour la constitution d’une Commune nouvelle qui aurait permis de réelles économies de moyens, tant sur le plan des ressources humaines que des outils techniques et technologiques.

Les choses ne se sont pas faites ainsi, à ce moment-là, permettant cependant ces mutualisations que nous connaissons et qui pourront encore se développer dans des champs aussi divers que le fleurissement, les travaux, etc., en bref la mutualisation de moyens, ce que veut, aujourd’hui, promouvoir notre Métropole.

J’en étais l’instigateur il y a quatre ans, je ne saurais que m’y intéresser, plus que tout autre, aujourd’hui.

Déjà de nombreux marchés, comme ceux des fluides (énergie électrique, gaz et carburants) mais aussi, plus anciennement avec la Direction des Services Informatiques et de Téléphonie, ont démontré leur succès, au sein de la Métropole.

Demain, nous devrons aller plus avant dans cette évolution qui vise à donner plus d’efficience à nos territoires en y unissant des moyens disséminés et en développant de réels projets de territoire.

C’est ce que fera notre Métropole ; en défendant ces évolutions à venir, je veillerai tout particulièrement à plusieurs aspects essentiels :

  • D’une part que les identités particulières de notre territoire ne soient pas simplement fondues mais, qu’au contraire, elles s’enrichissent de l’effet « mutualisateur » en préservant leurs caractéristiques propres,
  • Et, par ailleurs, que la répartition de la richesse tienne compte des besoins spécifiques de chacune de ses composantes. En effet, et ceci doit être pris en compte dès maintenant, toutes les Communes composant l’actuelle Métropole n’ont pas les mêmes besoins pour leur population, ni les mêmes ressources issues de leur territoire. Les Dotations Communautaires doivent donc veiller à estomper ces écarts connus aujourd’hui qui sont inadmissibles si l’on affirme la volonté de plus de solidarité !

Cette solidarité des territoires s’exerce déjà à de multiples niveaux et notre Métropole, qui jouit d’une expérience très riche et ancienne d’intégration des compétences a l’un des taux les plus élevés de France. Celle-ci s’est construite dans la concertation, il est très important de poursuivre la concrétisation de nos intentions sur cette lancée.

Je citerai, comme exemple d’un chantier particulièrement complexe, celui du remplacement du tram de la ligne 1 par un nouveau modèle de transport collectif, avec tous les choix qu’il impose, aussi bien techniques que de choix de circuit, exacerbant souvent les intérêts et même parfois les passions !

A cet égard, je veux justement rappeler l’importance des négociations entreprises et de l’écoute des différents acteurs concernés et de la population qui avait jusqu’à ce jour pour faire connaitre ses éventuelles remarques dans le cadre de la consultation publique. Les choses doivent leur convenir puisqu’il y a trois jours encore, nous n’avions enregistré aucune remarque !

Indirectement concernés par la ligne principale, nous sommes cependant attentifs aux décisions qui seront prises afin de conserver et de développer ce mode de transport particulièrement apprécié de nos concitoyens qui sont déjà très nombreux à fréquenter la ligne 2 dont la fréquence des BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) a même augmentée, depuis son ouverture, afin de mieux répondre aux besoins.

Les sujets traités en 2017 et les projets pour 2018 et jusqu’à la fin de ce mandat sont extrêmement nombreux, je voudrais vous en parler encore, mais j’ai promis d’être rapide, je vous éviterai donc une litanie « à la Prévert » …

Je ne saurai pourtant conclure mon intervention sans revenir sur le parfait engagement des agents de la Collectivité, leur rôle essentiel dans la mise en place de nos projets, aussi concrets fussent-ils que la quête d’une « Ville propre »

  • qui n’est pas que le fantasme de nos oppositions mais une réalité permanente de notre Municipalité (au même titre que la sécurité des personnes et des biens)
  • qui correspond à une tâche ardue que relèvent quotidiennement nos équipes techniques, comme d’autres traitent de sujets pareillement complexes, qu’ils soient d’ordre social ou culturel, financier ou managérial, de sécurité ou d’administration générale, car vous êtes tous « au service du public», quel beau métier !

Mesdames et Messieurs les Agents de tous les Services, je connais et j’apprécie à leur juste valeur votre professionnalisme et votre sens du devoir que mettait précédemment en évidence votre Directeur Général. Agir dans la Ville est souvent complexe, soyez-en d’autant plus félicités et remerciés, aujourd’hui, publiquement !

Pour conclure, je veux également remercier mon équipe municipale, dévouée à sa mission de représentation des Jarvillois et qui travaille, sans compter, dans ses différents champs d’action, pour satisfaire au mieux chacune et chacun d’entre vous qui représentez la société avec ce qu’elle a de richesses et de diversité.

Lorsque j’évoque « mon » équipe municipale, sans en faire une affaire personnelle, je veux exprimer « ma » grande satisfaction d’animer une équipe engagée et unie pour mener à bien « notre » projet pour Jarville-la-Malgrange !

Félicitations, mes chers Amis, pour votre soutien, votre mobilisation aux causes que nous défendons !

Je ne veux pas, aujourd’hui encore, faire de distinguo avec les oppositions car, avec vous aussi, nous parvenons, de plus en plus souvent (même si nous ne sommes pas d’accord sur tous les sujets, mais surtout lorsque vous êtes présents ou représentés aux travaux des Commissions) à avancer « ensemble » sur des sujets de fond qui marqueront l’image de notre Ville, c’est d’ailleurs ainsi que vous marquez le mieux votre propre engagement, au service de vos électeurs !

Je vous remercie donc chaleureusement, toutes et tous, en ce jour de fête.

Et m’adressant maintenant à vous toutes et tous, ici, présents ce soir, et avec une pensée toute particulière pour les élèves du Conseil Municipal des Enfants, ici présents, et leur petit Maire, je vous souhaite une excellente année 2018.

Que ce Nouvel An contribue pleinement, malgré la dureté de la vie, à vous apporter la santé, la joie et le bonheur pour vous et ceux qui vous sont chers et, qu’ensemble, nous contribuions à faire qu’il fasse toujours mieux vivre à Jarville et dans la Métropole, ce dont je ne doute absolument pas !

Bonne année 2018